Forum Ouvert A tout Le Monde


    Un Tunisien extrait du biocarburant à partir des algues !

    Partagez

    bizertinos

    Messages : 17
    Date d'inscription : 03/12/2009
    Age : 32
    Localisation : Bizerte

    Un Tunisien extrait du biocarburant à partir des algues !

    Message  bizertinos le Sam 19 Déc - 1:11

    Hamdi Hached, un génie ? Non, pas vraiment. Doué ? Sans doute. Car, ce jeune tunisien âgé seulement de 23 ans, originaire des îles de Kerkennah, étudiant en aquaculture à l’Institut Supérieur de Pêche et d’Aquaculture de Bizerte ‘’ISPAB’’, vient de mettre au point –pour ne pas dire une invention- un procédé d’extraction de biocarburants à partir des macro-algues.

    Cette découverte –il faut l’appeler ainsi- mérite d’être mentionnée dans la mesure où c’est le fruit d’un projet de fin d’études dont l’honneur échoit en premier lieu aux responsables de l’Institut auquel il appartient et qui est connu sous l’abréviation de l’ISPAB.

    Pour ceux qui ne connaîtraient pas cette institution, l’ISPAB a été créé depuis six ans seulement, en 2003.

    Il s’agit d’un établissement d’enseignement supérieur et de recherche sous la double tutelle du ministère de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Technologie.

    L’activité de l’Institut touche aux différents aspects de l’aquaculture : techniques de pêche, techniques de conservation et de valorisation des produits de la mer, génie frigorifique, environnement aquatique….

    Les études sont couronnées par un diplôme de technicien supérieur.

    Notre jeune Hamdi nous a confié que les essais pilotes ont duré près de sept mois et qu’ils ont été effectués chez lui et au CITET (Centre international des technologies de l’environnement de Tunis) alors que l’application expérimentale s’est déroulée au sein des laboratoires de l’ISPAB sous l’encadrement de ses enseignants, en particulier Mme Wissal Chiboub et Melle Bouha Tangour, avec le soutien de M. Zoubeir Alouini le directeur de l’Institut et fin connaisseur en la matière. Et comme il se doit, le futur ‘’inventeur’’ adresse sa sincère reconnaissance et gratitude.

    Reconnaissant jusqu’au bout des ongles, il n’oublie pas non plus ses camarades de la branche aquaculture et pêche et compagnons de parcours, tels que Mlles Asma, Hasna, Rim et les autres pour leur soutien moral et leurs encouragements.

    Au fait, l’idée de cette recherche a germé dans son esprit suite à la flambée des prix du pétrole et dérivées. C’est alors, comme beaucoup de monde d’ailleurs, que M. Hamdi a commencé à réfléchir à un substitut.

    De fil en aiguille, l’idée prend forme et se transforme en projet (d’études pour le moment). Et tout est parti vite, très vite même. Selon lui, les perspectives de cette découverte s’avèrent prometteuses, et ce d’autant plus que, avec son utilisation, les premiers bénéficiaires pourraient être les ménages tunisiens, les véhicules et le milieu rural.

    Il nous a affirmé avoir déposé son invention depuis un mois au niveau de l’Institut national de normalisation et de la propriété intellectuelle ‘’INNORPI’’.

    On aura donc compris que M. Hamdi ne compte pas s’arrêter en si bon chemin ; il veut persévérer dans ses recherches sinon faire d’autres découvertes du moins parfaire celle en question.

    Déjà, il souhaiterait non seulement s’inscrire en deuxième cycle en engineering de l’aquaculture, mais que de nouvelles filières aquacoles soient créées au sein des instituts dans la mesure où la Tunisie dispose 1.350 km de côtes.

    Et ce n’est pas tout, puisque les espèces marines sont également en abondance et sont d’une grande valeur marchande et gustative, et donc plusieurs possibilités pourraient s’offrir aux investisseurs privés locaux et étrangers d’autant plus que les cadres formés, notamment au sein de l’ISPAB, ne cherchent qu’à être exploités au mieux.

    Il faut rappeler, au passage, que parmi les espèces et pratiques aquacoles nouvelles en Tunisie susceptibles d’attirer les investisseurs, il y a la raniculture, la spongiculture, la puériculture, la perliculture et l’élevage de poulpe, compte tenu de la demande sans cesse croissante de ces produits à valeur marchande importante.

    En conclusion, M. Hamdi est à la fois passionné –ah, qui a dit que ‘’Sans passion rien de grand ne serait accompli sur cette terre’’- mais aussi persévérant et déterminé. De ce fait, il mérite, comme d’autres dans son cas, beaucoup de soutien, notamment financier, aussi bien de la part des pouvoirs publics que des entreprises tunisiennes. Sinon qu’est-ce qui l’empêcherait de partir sous d’autres cieux où ses connaissances pourraient être mises en valeur. Et ce serait vraiment dommage !

      La date/heure actuelle est Ven 24 Nov - 8:49